VoyageKgontaBo_1« Je suis allé dans les nuages et maintenant je suis bien heureux d’être de retour chez moi ! » dit Kgonta Bo, l’un des derniers chamans du peuple San du Kalahari, les bushmen du Nord-Est de la Namibie.
Tour à tour guérisseur, divinateur et conteur, ce bientôt arrière grand-père, rigolard et émouvant, nous relate ici sa plus grande aventure. Celle où il a quitté, pour la première fois, son village pour « traverser les nuages et s’envoler vers l’inconnu, vers la grande ville de Johannesburg ».
Et c’est paradoxalement au coeur de cette métropole moderne et vibrante que Kgonta Bo, dont le peuple de chasseur-cueilleurs vit une période cruciale de transition culturelle, va retrouver les objets de son passé. Et renouer avec ses racines.
À l’invitation de son amie Lucinda Backwell, une paléoanthropologue Sud Africaine, et Francesco d’Errico, archéologue du CNRS de VoyageKgontaBo_6Bordeaux, il va y découvrir les 3 500 artefacts de la collection Fourie et les aider à résoudre une énigme vieille de 40 000 ans. Nous éclairant sur notre propre passé universel.
Entre road-movie, chronique familiale et conte, ‘Le voyage de Kgonta Bo, le chaman’ nous plonge au sein d’une famille attachante de bushmen qui négocie avec appréhension, mais non sans humour, leur entrée dans le vingt et unième siècle. C’est Jacques Higelin qui prête sa voix à Kgonta Bo, le narrateur de ce film.

Rencontre / discussion avec Kate Thompson-Gorry après la projection.

L’auteur

Anglaise, Kate est arrivée en France à l’âge de huit ans. À 21 ans, et encore étudiante, Kate Thompson-Gorry décroche une bourse «défi-jeune» pour réaliser un premier documentaire en Inde. NIRDESHIKA est une série de portraits de réalisatrices indiennes qui sillonne l’Inde, des femmes activistes de New Delhi aux réalisatrices glamour de Bollywood. Une expérience fondatrice. Son travail de documentariste se cimente ensuite avec la réalisation de PASSÉ SIMPLE, un magazine hebdomadaire
qui décrypte l’actualité en excavant ses racines dans l’Histoire, pour mieux appréhender l’avenir. Elle prolonge ensuite ce travail de mémoire collective à travers plusieurs collections de documentaires d’investigation.